LA TRIBUNE LIVRADAISE

LA TRIBUNE LIVRADAISE

L'affaire des cèdres disparus

Actu du mercredi 15 octobre :

 

Mercredi 15 Octobre, 8 membres de la Coordination Rurale 47 ont été interpelés à 7h du matin à leur domicile par les gendarmes afin d'être entendus pour leur action menée au lycée agricole de Ste Livrade le vendredi 10 Octobre dernier. Parmi eux, Sylvie Girard, ex-présidente du syndicat ainsi que l'actuel président en la personne de Patrick Franken .

 

Actu du vendredi 17 octobre :

 

Les 8 membres de la Coordination Rurale mis en garde à vue ont été relâchés hier sous contrôle judiciaire et comparaîtrons devant le tribunal correctionnel d'Agen le 4 décembre 2014 pour violences aggravées sur personnes dépositaires de l'ordre public !

 

 

 

Actu du mercredi 22 octobre :

 

 

Le procès des personnes de la CR47 qui ont été interpellés lors de l'affaire des cèdres et qui était prévu à l'origine pour le 4 Décembre serait repoussé au 15 Janvier 2015, Agen accueillant le congrès national de la coordination rurale les 3 et 4 Décembre !

 

Actu du 15 Janvier 2015 :

 

 

C'est aujourd'hui jeudi 15 janvier que les 7 membres de la coordination rurale impliqués dans l'affaire sont convoqués devant le tribunal d'Agen pour répondre de violences aggravées lors de leur opération coup de poing d'octobre 2014.

 

 Actu du 16 janvier 2015 :

 

Nous apprenons qu'après 7 heures d'audience, le président du tribunal a mis le jugement en délibéré et le verdict sera rendu le 25 février. Certains accusés risquent de 3 à 6 mois de prison ferme et les autres de 3 à 5 mois de prison avec sursis.

 

Actu du 25 Février 2015 :

Les 7 agriculteurs qui comparaissaient hier devant le tribunal correctionnel d'Agen pour violences sur gendarmes au Lycée Etienne Restat le 10 Octobre 2014 ont tous été condamnés à de la prison avec sursis (6 à 10 mois), à verser 18.800 euros de dommages et intérêts aux 13 gendarmes qui s'étaient portés partie civile et à ne pas détenir d'armes dans un délai de 12 mois. C'est Patrick Franken, le Président de la coordination rurale, qui a écopé de la peine la plus lourde, avec 10 mois de prison avec sursis, confiscation de son véhicule personnel et interdiction de détenir une arme pendant 2 ans. Etonnée par la sévérité du tribunal, la Coordination rurale a décidé de faire appel.



16/10/2014
11 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 142 autres membres