LA TRIBUNE LIVRADAISE

LA TRIBUNE LIVRADAISE

Pierre Dacquin, un Harmoniciste Distingué !

IMG_2545[1]

 

 

Après une vie bien remplie, le Grand Harmoniciste Pierre Dacquin, a décidé de poser ses valises sur les rives du Lot à Ste Livrade où il habite une agréable villa qu'il a baptisée "clé de sol". Aujourd'hui il participe activement au conseil municipal local dont il est le doyen et partage son temps entre des cours d'harmonica  et l'animation avec brio d'une émission musicale tous les samedis matin de 11 à 12 heures sur Radio 4: "Mélodie d'harmonica" qui est aussi diffusée dans le Nord de la France, sa région d'origine.

 

 

Cet homme d'exception a beaucoup voyagé : entre autre, à tout juste 20 ans il était déjà en Afrique du Nord sur fond de guerre d'Algérie où il a été plusieurs fois décoré. Plus tard après une grande escale en Cote d'Ivoire, il se retrouve aux Comores où il a côtoyé le mercenaire Français Bob Denard qui a défrayé la chronique de l'époque, tout comme Jean-Jacques Debout côtoyait Jacques Mesrine en son temps.


Maintenant nous vous laissons découvrir son étonnante biographie issue du magazine "Harmonica de France Fédération - 2006" :

 

Il est né tout juste à la veille de la seconde guerre mondiale. A 9 ans, son oncle lui offre un diatonique trémolo « Echo ». Il joue en autodidacte d’après ce qu’il entend à la radio.A l’époque, l’harmonica était très en vogue…six ans plus tard, il décide de prendre des cours d’harmonica, dans un magasin de musique, rue Versigny à PARIS 18e, que j’ai bien connu, mais qui n’existe plus hélas ! C’est la rencontre avec son professeur Gérard MARGNOUX, Emile MANZANO, Claude GARDEN, enfin, les meilleurs. Sur les conseils de Gérard, il forme son propre trio avec les deux frères GABY, le « PHILICO’S TRIO ».En 1957-1958, il était un des meilleurs trios de Paris, avec des passages à la télé tous « les jeudis de LARRY ADLER », puis de nombreux concerts.Ensuite le trou, l’appel sous les drapeaux (1960 1962), plus du tout d’harmonica, la vie familiale, le travail, les enfants… En 1978 il est promu Professeur d’Art Appliqué et détaché à l’étranger par le Ministère de la Coopération (Les Comores, pendant 11 ans, la Côte D’ivoire pendant 7 ans). Aux Comores il reprend goût à son instrument, et participe là-bas à de nombreuses manifestations, notamment pour les organismes internationaux, les grands hôtels, la radio.. Toujours accompagné par quatre ou cinq musiciens malgaches et comoriens qui sont paraît-il très fin en musique. Son répertoire de l’époque : de la variété, du jazz, du blues, et aussi du classique.En 1989 à Abidjan, il rencontre d’excellents musiciens de jazz, des Ghanéens. Il va jouer avec eux pendant 7 ans tous les grands standards de jazz. A nouveau des concerts dans les plus grands hôtels de la Côte- d’Ivoire, des émissions télé et de radio.1997 : retour en France. Il donne des cours de chromatique et de diato, il participe à des concerts avec un groupe de jazz-band, « LAFAYETTE STOMPERS » qui existe toujours. Il forme son forme groupe composé de quatre musiciens, les « PIERRE DACQUIN QUARTET ». A nouveau les concerts, les radios locales, et récemment sur RMC.Connaissant le clavier, il apprend le synthé et compose lui-même ses accompagnements, grave ses CD sur ordinateur (maquettes), pour les faire réaliser en studio ensuite. Ses logiciels à l’ordinateur lui permettent de composer et d’imprimer ses propres partitions ainsi que la conception de ses jaquettes et ronds CD. Avec le sourire, il me dit qu’il fait tout, sauf le master réalisé en studio professionnel. Ses sonorités sont remarquables. Elles rappellent parfois celles de RICHARD HAYMAN, LEO DIAMOND, BORRAH MINEVITCH, sa technique étant l’étude au ralenti d’enregistrements des précités."

 

 

Capture d’écran 2022-05-31 201245

Capture d’écran 2022-05-31 202446

 

 

Durant son séjour aux Etats-Unis il a fait parti du Gateway Harmonica Club de St Louis dans le Missouri. C'est là qu'il a joué avec les meilleurs harmonicistes Américains. Aux U.S. l'harmonica et le banjo sont les deux instruments emblématiques depuis la ruée vers l'or au milieux du 19ème siècle. Le film " Il était une fois dans l'Ouest " en est la parfaite illustration !

 

 

Capture d’écran 2022-05-31 202641

 

 

Après avoir obtenu diplômes, dont les très prestigieuses Palmes Académiques, et reconnaissance de ses pairs aussi bien en France qu'à l'étranger, ce grand musicien talentueux continue aujourd'hui encore à nous apporter de la joie et du bonheur dans ce monde qui en manque tant. Nous ne pouvons que lui dire un grand MERCI sur un air d'harmonica, chromatique bien-sûr, et que cela dure longtemps !

 

 

 



31/05/2022
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 156 autres membres