LA TRIBUNE LIVRADAISE

LA TRIBUNE LIVRADAISE

Conseil Municipal du 22 Mai 2014

Le conseil municipal du jeudi 22 mai était particulièrement tendu tant les sujets abordés étaient sensibles.

 


          En ce qui concernait la création d'emplois pour les agents des écoles maternelles (Atsem), le chef de file de l'opposition Claire Pasut faisait remarquer : " L'opposition est favorable, mais le refus de la majorité de supprimer les postes libérés par ces avancements de grades nous fait craindre des embauches superflues qui dégraderaient la situation financière de la commune. "
          Ce à quoi Marthe Geoffroy rétorquait : " Nous nous réservons le droit de les laisser ouverts pour faire face si besoin, et vous avez fait de même quand vous étiez aux commandes ! "
 
      Au sujet de la subvention revue à la hausse pour l'école Ste Marie ( 82.602 euros ) l'opposition indiquait : " Nous aussi nous l'aurions augmenté devant le refus de certaines communes de participer à son financement. Ste Livrade apporte 96% des subventions communales reçues par l'école, alors que les élèves Livradais ne représentent que 56% des effectifs. Les locaux n'ont pas à payer pour les familles extérieures. Nous avions donc demandé d'appliquer un tarif plus cher pour les usagers dont les communes ne participaient pas. "


       Le maire Pierre Jean Pudal a répondu en faisant référence à la loi Debré du 31 décembre 1959 liant par contrat l'Etat et les écoles privées en précisant à l'opposition : " En baissant les subventions de 600 à 450 euros par enfant, vous avez mis en péril le fonctionnement de l'établissement. Nous ne souhaitons pas pénaliser les enfants de Ste Marie et nous déplorons le fait que certaines municipalités refusent de participer à son fonctionnement. Nous avons donc établi un prorata avec les écoles publiques. Nous revenons sensiblement à la somme qui était en vigueur avant le mandat de Mme Pasut et ainsi l'école peut encore faire parti du paysage Livradais et jouer son rôle éducatif au côté des écoles publiques".

 

Les rythmes scolaires étaient aussi sur la sellette lors de ce conseil. La majorité s'est penchée sur le projet présenté par les sortants lors du conseil municipal du 14 novembre 2013 : " A notre avis le projet proposé précédemment ne permet pas une organisation optimale des rythmes scolaires. Celui que nous comptons mettre en place offre la gratuité des temps d'activités périscolaires, de valoriser nos moyens locaux (personnels du centre de loisir et membres d'associations) ainsi que l'accès pour tous à des activités culturelles, sportives et de loisir de bonne qualité. " expliquait Nathalie Granié adjointe à l'éducation qui répondait aux questions de Claire Pasut, maitrisant son sujet de main de maître !
                 

Voici les horaires proposés :
Lundi, mardi, jeudi et vendredi de 9 à 12 H et de 13H45 à 16H et le mercredi de 9 à 12H pour les maternelles.Pour les primaires mêmes horaires sauf l'après midi

 

de 13H30 à 15H45.

 


     Mme Pasut rétorquait : " Nous doutons de la pertinence des nouveaux horaires de classe pour l'éfficacité de la réforme et l'intérêt des élèves. " Lors du vote l'opposition s'est abstenue.
 
      Au sujet du service de fourrière Yves Loubat adjoint aux services techniques expliquait : " Afin de lutter contre le stationnement anarchique, abusif, gênant ou dangereux et contre les entraves de la circulation, un contrat de 5 ans a été signé avec la société " Alliance auto dépannage " de Villeneuve sur Lot. Le ton est monté dans l'assemblée et Mr Loubat a répliqué : " Cela fait beaucoup trop longtemps que ça dure et il fallait faire quelque chose. Certains véhicules sont à la même place depuis des années. " Sur ce, Mme Pasut sans doute à bout d'arguments lui posait la question piégeuse à souhait : " Combien de temps la fourrière garde t elle un véhicule ? " Le maire volant à son secours a invoqué une durée d'un mois.
 
     Pour en terminer, l'intervention de Jean Claude Dumon de l'opposition concernait la composition de la délégation du comité de jumelage et s'étonnait de ne pas avoir été sollicité pour y avoir des places comme ils l'avaient proposé en leur temps à l'opposition au début de leur mandat. Le maire lui répondait judicieusement :" Si vous me l'aviez demandé plus tôt j'aurais accédé a votre requête mais maintenant il est trop tard, la liste est close et je ne puis décevoir les personnes engagées. "

 



30/05/2014
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 142 autres membres