LA TRIBUNE LIVRADAISE

LA TRIBUNE LIVRADAISE

Conseil municipal du mercredi 24 février 2021

cm24022021

 

 

Ce conseil municipal concernait 12 points à examiner plus une note sur table. L'opposition a voté pour toutes les notes de synthèses présentées sauf pour la première où elle s'est abstenue; seule Carine Méliet a voté pour.

 

Le premier point concernait les rythmes scolaires où il a été décidé du maintien de la semaine de 4 jours pour une période de 3 ans.

 

La deuxième note stipulait un avenant financier concernant l'école privée Ste Marie qui recevra comme part communale 105.652,11 euros pour l'année avec 51 élèves de maternelle et 94 élèves en primaire.

 

En troisième note il s'agissait d'approuver la réalisation d'une ombrière photovoltaïque sur le parking du boulodrome par la société Trina Solar France Systems. A ce titre la commune reçevra 85.000 euros à la mise en service de la centrale et devra reverser 23.375 euros au comité de pétanque départemental.

 

En 5 le débat d'orientation budgétaire n'a pas donné lieu à vote.

 

La note 6 indique une demande de subvention de 20.000 euros pour une solution numérique dédiée au commerce de proximité.

 

Les points 7 à 11 ont été adoptés à l'unanimité.

 

Le point 12 concernait le ravalement des façades de la tour du Roy pour un montant de 100.000 euros, la rénovation du parvis de l'église pour 168.000 euros et la rénovation du cloître pour 380.000 euros.

 

Dans la note sur table il était question de l'agrandissement des vestiaires et de la salle de vie du club de football pour un montant total de 275.280 euros dont un auto financement à hauteur de 20%.

 

 

IMG_1782

Mr Pereuil est intervenu souvent au cours de ce conseil

 

 

Pour les questions diverses voir le compte rendu ci après de Jean Paul Péreuil :

 

" Concernant le Budget présenté, lors de la commission des Finances Monsieur PEREUIL a déclaré une erreur de calcul pour évaluer la capacité de désendettement de la Commune. Après renseignements pris auprès du comptable du trésor public, le calcul opéré par la commune s’avère faux et lors du conseil l'adjoint au finance Monsieur FORGET a déclaré rectifier la capacité d'endettement avec le calcul précédent qui était de 5,20 années, avec le nouveau calcul elle passe à 7 ans.

 

Concernant le plan communal de sauvegarde :

N'ayant retrouvé aucune délibération du conseil municipal depuis 2014 concernant le Plan Communal de Sauvegarde Monsieur  PEREUIL demande à ce que ce plan soit porté à la connaissance des élus le plus rapidement possible.

Monsieur le Maire dit que la préfecture l'a en sa possession mais ne sait pas si une délibération a eu lieu.

 

Concernant les deux recrutements,

Madame Meliet Karine demande si les recrutements s’arrêteront après les deux ans où nous percevons des subventions pour ces emplois.

Monsieur le maire répond que les contrats  ne s’arrêteront pas forcement tout dépendra des besoins.

 

 

Questions diverses

 

Une nouvelle fois Monsieur PEREUIL  soulève le point particulier du procès verbal  qui doit etre approuvé en séance, en juillet dernier Monsieur le maire lui avait répondu qu'il pratiquait ainsi depuis 6 ans et qu'il n'allait pas changer pour lui faire plaisir.

En décembre 2020 a été approuvé à l'unanimité le règlement intérieur du conseil municipal  dont l'article 27 stipule que le proces verbal est soumis à l'adoption à l'assemblée à l'ouverture de séance.

Monsieur PEREUIL invite Monsieur le maire à respecter le règlement qu'il a fait valider par les élus.

 

Quand va être réparé l'effondrement de la partie guillantou qui dure depuis plus d'un an ?

Prochainement, le maire se retranche derrière le fait que des agents de la CAGV avaient recu l'ordre de ne pas intervenir sur Sainte Livrade par l'équipe précedente.

Monsieur PEREUIL fait remarquer que depuis 1 an c'est l'équipe actuelle qui est élue  et qu'il est encore dans les habitudes du maire de mettre en accusation les autres.

 

Concernant l4 OPAH, Monsieur PEREUIL demande à quand la mise en place? ce dossier piétine depuis 4 ans par non accord de l'Etat.

Monsieur le maire met en accusation une responsable qui bloquerait le dossier.

Là encore la responsablité sur quelqu'un d'autre.

 

Par délibération le conseil municipal a donné son accord pour le recrutement d'un assistant de cabinet :

Pouvez vous nous le présenter ?

quelle base à été prise pour  calculer sa rémunération ?

Le maire se fait tirer l'oreille pour, enfin, à force d'insister, donne le nom de :

Monsieur Sébastien  MORES ;

il n'a pas voulu donner les indications concernant la base prise en compte."

 

 

                              

 



25/02/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 157 autres membres