LA TRIBUNE LIVRADAISE

LA TRIBUNE LIVRADAISE

Conseil Municipal du 17 Septembre 2014

   IMG_2599.JPGDe gauche à droite : André Forget adjoint aux associations, Marthe Geoffroy adjointe aux finances, Pierre-Jean Pudal Maire, Bernard Ravel Trésorier public, Jacques Borderie 1er adjoint

 

  Le présent compte-rendu du Conseil Municipal du 17 septembre 2014 n’a rien à voir avec une fable de La Fontaine revue et corrigée, intitulée « l’œuf, la poule et les comptes publics ».

 

    Au cours de ce conseil, nous avons pu constater aux côtés du Maire Pierre-Jean Pudal, la présence du trésorier public Mr Bernard Ravel venu présenter l’analyse financière des comptes de la commune pour les années 2011, 2012 et 2013. Après une kyrielle de chiffres et de graphiques, il ressort de cette étude « une trésorerie très négative de l’ordre de -300.000€ avec de grosses tensions ». Mr Ravel conclu : « Si la capacité d’autofinancement est globalement satisfaisante,  elle demeure insuffisante au vu du niveau d’endettement trop élevé ». Le trésorier  préconise d’appliquer « une politique d’investissement prudente » et indique « qu’une pause serait souhaitable ainsi qu’un recours à l’emprunt inévitable de l’ordre de 1 500 000 € ».

 

     Marthe Geoffroy ne manqua pas de rappeler à Mme Pasut que durant son mandat, pour augmenter les dépenses d’investissement, elle a pris en compte dans la trésorerie les 800.000€, «virtuels »  de la dette de l’Etat, jamais versés à ce jour. Pour ces raisons, la municipalité a décidé d’entrer en contentieux contre l’Etat afin de récupérer cette somme.  On a pu apprendre également que Mme Pasut a dépensé pas moins de 650.000€ pour des travaux de voirie, entre Décembre 2013 et Mars 2014,  bien qu’ayant aucun financement pour le faire.

 

     Le Maire précisa que la CAGV doit verser à la commune de Ste Livrade 80.000€ par mois. Dotations non versées depuis le mois d’Avril 2014. Est-ce que Mme Pasut, adjointe aux finances de la communauté d’agglomération, aurait « oublié » de faire effectuer ces versements vitaux pour la commune ?

 

      En ce qui concernait la modification du règlement intérieur du Conseil Municipal, Mme Pasut s’est fait un plaisir de revenir sur de nombreux points de détails, alors que ce règlement reprenait « dans les grandes lignes avec quelques précisions » celui qu’elle avait édité durant son mandat, qui elle-même avoua l’avoir « repris sans regarder » du mandat de Gérard Zuttion. Mr le Maire réaffirmant rester sur ses positions.

 

     Au cours de la séance, Mme Pasut a demandé que l’opposition soit dotée d’un micro pour pouvoir mieux s’exprimer et que le public présent puisse entendre ses discours, arguent que le public derrière elle à moins de 2 mètres ne l’entendait pas, ce qui a été aussitôt démentit par des mouvements de têtes. Quand Mme Pasut se plaignit de n’avoir que 500 caractères pour s’exprimer sur le bulletin municipal, André Forget lui rappela que lorsqu’il était dans l’opposition sous sa mandature, il n’avait pu s’exprimer qu’une seule et unique fois en précisant qu’elle « avait étouffé la voix de l’opposition à l’époque ». Mme Pasut lui rétorqua alors « qu’il fallait déclarer être dans l’opposition en créant un groupe » pour pouvoir s’exprimer. Mr le Maire mis fin au débat en indiquant que sa municipalité « est beaucoup plus démocratique car nous inscrivons sur le règlement intérieur pour la première fois un droit d’expression de l’opposition ».

 

     Pour ce qui est de la candidature de la commune à la manifestation d’intérêt « centres bourgs », (dispositif mis en place par le gouvernement pour revitaliser les centres-bourgs)  il s’avère que nos chances d’y participer sont minimes : en effet il y a 300 candidatures déposées sur les 50 qui seront retenues.  Le projet livradais consisterait à transformer l’ancienne usine Audevard, qui abrite actuellement les services techniques, en centre d’accueil pour personnes en convalescence et de réhabiliter la rue du château qui comporte des bâtiments très vétustes menaçant de s’écrouler, ainsi que la Place Castelviel devant le cinéma. Les services techniques seraient délocalisés hors du centre-ville.

 

 



21/09/2014
18 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 142 autres membres